stationner


stationner

stationner [ stasjɔne ] v. intr. <conjug. : 1>
• 1828; trans. « placer » 1596; de station
Faire une station, rester à la même place. « Toute la journée, c'est un bruit sec et pressé de pas [...] personne ne stationne » (Zola). Être rangé le long de la voie publique, en parlant d'un véhicule ( garer ). Défense de stationner. Stationner en double file.
Au p. p. (emploi critiqué, le v. étant intr.) En stationnement. Des « équipages stationnés à la grille » (Balzac). Troupes stationnées dans un pays, une région, basées. Armes nucléaires stationnées en Europe.
⊗ CONTR. Circuler.

stationner verbe intransitif S'arrêter, demeurer au même endroit pendant un certain temps, en parlant d'un véhicule : Des voitures qui stationnent en double file. Demeurer au même endroit, en particulier sur la voie publique : Les passants stationnent près du lieu de l'attentat. En parlant de troupes, rester en stationnement. ● stationner (homonymes) verbe intransitifstationner verbe transitif Familier. Arrêter un véhicule quelque part pendant un certain temps : J'ai stationné ma voiture au coin de la rue.stationner (homonymes) verbe transitif

stationner
v.
d1./d v. intr. S'arrêter et demeurer au même endroit. Défense de stationner.
d2./d v. tr. (Luxembourg, Québec) Syn. de garer (un véhicule automobile). Stationner sa voiture dans la rue.
|| v. Pron. Syn. de se garer.

⇒STATIONNER, verbe intrans.
A. — 1. Rester un certain temps à la même place.
a) [Le suj. désigne une pers. ou un groupe de pers.] [Le garçon] qui parlait l'espagnol se détacha du groupe de domestiques stationnant sur le perron et vint prendre les ordres du voyageur (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 319). Et nous étions bien une centaine, tous plus ou moins suspects, à avoir nos habitudes dans cet établissement, entrant, sortant, stationnant jour et nuit dans la salle latérale du bar (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 67).
P. métaph. [La Moselle] s'enfonça ainsi à travers les fissures du massif. Elle put le traverser de part en part et déboucher dans la plaine argileuse qui s'étend au nord de Toul. Mais là elle stationna. Son cours, auparavant resserré et rapide, se traîne à travers prairies, marais et faux bras (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 209).
— [Dans une tournure factitive] Faire stationner les vaches dans tous les endroits pâturables de la vallée (BRUNHES, Géogr. hum., 1942, p. 250).
b) ) [Le suj. désigne un véhicule] S'arrêter, se garer pour un certain temps le long de la voie publique. Voitures qui stationnent dans la rue, en double file. Il y avait encore sur la place du Palais-Royal cinq ou six fiacres stationnant pour les habitués des cercles et des maisons de jeu (NERVAL, Filles feu, Sylvie, 1854, p. 598). Un mot maladroit m'informe qu'une auto bien connue a stationné, hier matin, pendant une heure, devant la maison de celle que j'ai la folie d'aimer (J. BOUSQUET, Trad. du sil., 1936, p. 175).
Rem. Avec être, l'empl. est critiqué. Cependant LITTRÉ admet l'auxil. être aussi bien que avoir: ,,Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir quand on veut marquer l'action: Les voitures ont stationné longtemps; avec l'auxiliaire être, quand on veut marquer l'état: Les voitures sont stationnées depuis longtemps``. Une voiture stationnée rue de Rivoli. En stationnement rue de Rivoli.
) [Le suj. désigne une pers.] Faire stationner son véhicule. Il est interdit de stationner devant les arrêts d'autobus (DUB. 1980). On ne peut pas stationner au centre de la ville (ROB. 1985).
Empl. trans., fam. Garer (un véhicule). Chercher un endroit pour stationner sa voiture. (Dict. XXe s.). Au part. passé. Etre stationné. Où es-tu stationné? (Dict. XXe s.).
2. MAR. [Le suj. désigne un navire] Tenir une station. Les fautes contre la discipline sont sanctionnées par des arrêts lorsque le navire est en mer ou stationne dans les ports d'escale (M. BENOIST, PETTIER, Transp. mar., 1961, p. 155).
— [P. méton. du suj.] Ce grand vaisseau tout retentissant du vent de novembre et d'où, à chaque instant, car c'était six heures du soir, des hommes sortaient deux par deux dans la rue, titubant comme s'ils descendaient à terre dans quelque port exotique où ils eussent momentanément stationné (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 71).
3. ASTRON. [Corresp. à station II A 2 a] Demeurer immobile dans une région du zodiaque. Or, précisément, Neptune stationnait aussi en cette même région, et, par surcroît, Mercure et Vénus sont passés aussi non loin de là (FLAMMARION, Astron. pop., 1880, p. 420).
B. — ART MILIT. [Le suj. désigne une troupe de soldats, un corps d'armée, etc.] Etre établi pour un certain temps à un endroit donné. Le commandant de brigade est en principe stationné sur le terrain (J.O., Décret organ. arm. air, 1938, p. 439). Or il est nécessaire qu'une force aéronavale stationne aussi près que possible des objectifs qu'elle doit menacer ou surveiller (LE MASSON, Mar., 1951, p. 57). Le long des frontières stationnait l'armée (P. ROUSSEAU, Hist. transp., 1961, p. 46).
— Fréq. au part. passé avec être ou en empl. adj. Les forces du territoire métropolitain composées, en principe, d'éléments français et stationnées en permanence sur le territoire métropolitain (J.O., Loi sur organ. gén. armée, 1927, p. 7267). Un groupement, actuellement stationné en Syrie et au Liban, constitué pour la manœuvre, doté d'un armement puissant (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 622).
C. — Au fig., rare. Qui reste stationnaire, qui ne progresse pas. La preuve de cette assertion, qui est, en un sens, la négation de l'économie politique, telle que nous l'ont transmise A. Smith, Ricardo, Malthus, J.-B. Say, et que nous la voyons stationner depuis un demi-siècle, résultera particulièrement de ce mémoire (PROUDHON, Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 36).
Prononc. et Orth.: [], (il) stationne [-]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1596 « placer quelque chose quelque part » (HULSIUS); 2. 1802 « rester à la même place » (BONALD, Législ. primit., t. 1, p. 172: La société ne pouvoit plus stationner dans l'état domestique); 3. 1813, 10 avr. « rester à la même place (en parlant d'un véhicule) » (JOUY, Hermite, t. 3, p. 187); 4. 1823 milit. en parlant d'une armée (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, p. 22); 5. id. en parlant d'un navire (ID., ibid., p. 529). Dér. de station; dés. -er. Fréq. abs. littér.:314. Fréq. rel. littér.:XXe s.: a) 293, b) 617; XXe s.: a) 529, b) 433. Bbg. QUEM. DDL t. 18.

stationner [stasjɔne] v.
ÉTYM. 1606; de station.
———
I V. intr. Faire une station (I.), rester à la même place, ne plus bouger temporairement. || Défense de s'attrouper et de stationner dans la rue (→ Poulailler, cit. 1). Milit. || Troupes qui stationnent. || Bateau qui stationne (→ Envasement, cit.; goélette, cit. 1).
(D'une voiture). Être rangé le long de la voie publique pour un certain temps, être garé. || Une voiture stationnait devant ma porte, le long du trottoir (→ Coucou, cit. 5; habituer, cit. 13).
1 Il y avait alors beaucoup de monde sur le boulevard. D'élégantes voitures, revenant de la promenade du soir, stationnaient depuis le café de Paris jusqu'à la rue Le Pelletier.
Barbey d'Aurevilly, Une vieille maîtresse, I, VII.
2 Toute la journée, c'est un bruit sec et pressé de pas sonnant sur la pierre avec une irrégularité irritante; personne ne parle, personne ne stationne (…)
Zola, Thérèse Raquin, I.
2.1 Non seulement, il est conseillé de cacher soigneusement tous les papiers de quelque importance, mais il faut encore surveiller les mains agiles du visiteur, aussi longtemps qu'il stationne dans un endroit où quelque chose est à prendre.
Léon Bloy, le Désespéré, p. 206.
Par ext. (Sujet n. de personne). Faire stationner son véhicule. || On ne peut pas stationner au centre de la ville.
———
II V. tr. Fam. Ranger, garer (un véhicule) sur la voie publique. || Il cherche un endroit pour stationner sa voiture.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
stationné, ée p. p. adj.
(Emploi critiqué, ce p. p. étant apparu avant l'emploi transitif du verbe; Littré admet la construction avec être). || « Les voitures sont stationnées depuis longtemps. » — « La force principale stationnée au Tonkin » (De Gaulle, Mémoires, t. II, p. 105).
3 (…) un cabriolet (…) s'arrêta derrière plusieurs équipages stationnés à la grille nouvellement ouverte au milieu de la terrasse des Feuillants.
Balzac, la Femme de trente ans, Pl., t. II, p. 673.
CONTR. Circuler, courir, écouler (s'), marcher, partir, rouler…
DÉR. Stationnement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • STATIONNER — v. intr. Faire une station, s’arrêter dans un lieu. Défense de stationner. Les voitures ne peuvent stationner à cet endroit …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • STATIONNER — v. n. Faire une station, s arrêter dans un lieu. Il ne se dit guère qu en parlant Des voitures. Les voitures de place ne peuvent stationner dans cette rue passé telle heure …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • stationner — (sta sio né) v. n. Faire une station, s arrêter dans un lieu.    Terme de marine. Tenir une station.    Il se conjugue avec l auxiliaire avoir quand on veut marquer l action : Les voitures ont stationné longtemps ; avec l auxiliaire être, quand… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • stationnement — [ stasjɔnmɑ̃ ] n. m. • 1835; de stationner 1 ♦ Fait de stationner sur la voie publique (en parlant de véhicules). « Loin du centre où le stationnement est interdit » (Duhamel). Stationnement autorisé. Stationnement gênant. « le stationnement… …   Encyclopédie Universelle

  • Code De La Route (France) — Le code de la route est le nom donné en France à l ensemble des dispositions législatives et règlementaires régissant la circulation sur la voie publique (trottoirs, chaussées, autoroutes, etc.) par les usagers (piétons, deux roues avec ou sans… …   Wikipédia en Français

  • Code de la route (France) — Le code de la route est le nom donné en France à l ensemble des dispositions législatives et règlementaires régissant la circulation sur la voie publique (trottoirs, chaussées, autoroutes, etc.) par les usagers (piétons, deux roues avec ou sans… …   Wikipédia en Français

  • Code de la route (france) — Le code de la route est le nom donné en France à l ensemble des dispositions législatives et règlementaires régissant la circulation sur la voie publique (trottoirs, chaussées, autoroutes, etc.) par les usagers (piétons, deux roues avec ou sans… …   Wikipédia en Français

  • Stationnement en France — Parc de stationnement du Mont Saint Michel en France Un tel stationnement …   Wikipédia en Français

  • garer — [ gare ] v. tr. <conjug. : 1> • guerrer 1415; varer en Bretagne (1180); frq. °warôn « avoir soin » I ♦ V. tr. 1 ♦ Mettre (un bateau, un véhicule) à l écart, à l abri, en un lieu sûr ou spécialement aménagé. ⇒ abriter, 1. ranger; garage.… …   Encyclopédie Universelle

  • parquer — [ parke ] v. <conjug. : 1> • 1380; de parc I ♦ V. tr. 1 ♦ Mettre (des bestiaux, des animaux) dans un parc. Parquer des bœufs, des moutons. Parquer des huîtres, des moules, les disposer dans un parc d élevage. 2 ♦ (1829) Péj. Placer,… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.